mai
21
2016

Artiste ou pas, tout le monde a son rôle important dans l’apport de la paix.

“Depuis des décennies la Région des Grand Lacs Africains, en particulier le Burundi, la RDC et le Rwanda, a été ravagée par des conflits récurrents aux conséquences particulièrement destructives sur le plan humain, économique, social et institutionnel.” C’est une feuille de route pour la paix dans les Grands Lacs qui débute ainsi.
Ce fut une première dans la région: Dix ONG internationales et locales de ladite sous-région initiaient un programme à base communautaire qu’elles intitulaient “ Paix au-delà des Frontières”, coordonné par Oxfam Novib, sous l’appui financier du peuple Néerlandais.
Différentes stratégies et activités furent entamées. De ces ONGs, d’origine Néerlandaise, “Impunity Watch”, surtout connue pour ses expertises dans la recherche participative et le travail sur la mémoire, disons plutôt, expertises dans les processus de justice post-conflit, initia, au cours de ce programme, une stratégie particulière: la communication. Les Journalistes et les artistes (musiciens/chanteurs) sont encouragés à agir pour la paix.
Visant les communautés de base, c’est sous le guide de la feuille de route de ce projet sous-régional qu’un dialogue social et culturel fut le tandem d’action, tant au niveau national que régional. Déjà, le 24 et le 25 Mai 2016, Kinshasa, la capitale de la RDC abrite, dans le cadre de ce programme, une Table Ronde Régionale de haut niveau sur le plan institutionnel et politique.
Entre autre objectifs de cet évènement régional, c’est l’appropriation du contenu et des résultats de cette feuille de route qui sera l’enjeu principal. Elle vient suivre une Table Ronde Régionale consultative tenue à Kigali en 2015, et une Table Ronde Nationale (RDC) tenue à Bukavu en Avril 2016.

Musique des Grands Lacs pour la paix : Une première dans l’histoire de la région.

Tout en approchant la fin de ces activités, Impunity Watch, une des ONGs membres du consortium précité, a rassemblé quelques musiciens provenant des trois pays (le Rwanda, le Burundi et la République Démocratique du Congo), pour une formation sous le thème « Paix au-delà des frontières ». Depuis Goma, ce jour, les artistes ont directement ouvert les yeux et ont remarqué qu’ils possédaient un don de contribution urgente à la construction d’une région paisible via leurs chansons.
De surcroit, après la formation, ils ont eu une idée qu’ils qualifient de géniale, de se réunir dans un groupe qu’ils ont appelé « Tolérance » et de composer ensemble une chanson "TOGETHER IN PEACE" dont le message principal est de rappeler à tout le monde que la paix d’un devrait être celle de son prochain.
Le nom choisi pour le groupe a aussi son sens à lui. Durant la formation, ils ont constaté que tous les problèmes que connaît la région des Grands Lacs sont liés à l’intolérance. Ils décident alors de lutter pour la tolérance, d’où le nom du groupe.
Selon Gaëlle Atete, chanteuse rwandaise et plutôt connue dans le gospel, via cette chanson, les artistes rappellent aussi que pour pouvoir construire la paix pour autrui, il vaut mieux commencer par la construire pour soi-même, pour enfin pouvoir partager ce que l’on a déjà.

Cynthia Niyonsaba, une chanteuse burundaise, “gospeliste” aussi, elle espère que cette œuvre d’art connaitra une réception favorable et une contribution constructive au sein de, et pour la jeunesse de la région.

Alida Baranyizigiye, elle aussi musicienne burundaise du “faith singing” voit dans tout métier exercé par l’homme, un pouvoir illimité de construire la paix. Elle donne même l’exemple d’un banquier qui construit la paix inconsciemment en rendant un bon service à ses clients. « Il suffit seulement que toute personne ait consciente de son importance dans la construction de la paix, et le monde se change directement en paradis », renchérit-elle.

La chanson TOGETHER IN PEACE du groupe TOLERANCE est trouvable sur youtube.

Impunity watch, initiateur du projet, aussi bien que les différents partenaires du programme ou, simplement, tous les artisans de la paix, devraient plutôt contribuer à multiplier le genre d’initiatives.
Alida Baranyizigiye ne connaissait rien du programme “Paix au-delà des Frontières” avant leur formation tenue au Nord Kivu, fin 2015. C’est désormais qu’en se documentant à propos des activités de ce programme qu’elle a constaté que c’étaient des activités positives qui devraient plutôt s’étendre partout dans le monde, au lieu de prendre fin.

« Ce n’est pas encore le moment de clore les activités de ce programme. C’est plutôt le moment propice pour continuer à instruire, vue le bon sens de ces activités dans cette dure période que connaît actuellement notre région », rajoute-t-elle.

Cette Table Ronde Régionale du 24 et 25 Mai 2016 sera rehaussée par des décideurs politiques de haut niveau qui discuteront d’un renouveau de leur rôle dans la contribution à une paix durable dans la sous-région.

Produite par Adeline Umutoni, de la Radio Isango Star

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager