mai
13
2016

Bukavu : La résidence d’un journaliste attaquée à Bagira

commune de Bagira

commune de Bagira

Les cas de vol nocturne sont de nouveau signalés dans la commune de Bagira. Au cours de ce mois de mai, des familles ont été attaquées dans leurs maisons par des bandits inconnus.
C’est notamment chez le journaliste Thaïs Bagula de Radio Maendeleo et au couvent des sœurs de la communauté Sainte famille de Bagira au quartier Lumumba respectivement la nuit du 10 au 11 et du 7 au 8 mai 2016.
Chez le journaliste Thaïs, les malfrats ont attaqué sa résidence à deux reprises dans l’espace de deux semaines. Premièrement, ils ont emporté trois panneaux solaires. La nuit de mardi à mercredi, ils se sont introduits dans la maison après avoir cassé le grillage et la fenêtre.
A sa résidence, ils ont emporté un téléviseur plat de 42 pousses, sans que les membres de la famille s’en rendent compte. L’attaque du domicile de notre confrère inquiète l’opinion, étant donné qu’un sous commissariat de la police, ainsi que la résidence du Bourgmestre se trouvent à quelques mètres.
Le couvent des sœurs de la communauté Sainte famille de Bagira a également été ciblé. D’après des témoins, les voleurs ont fait incursion dans le couvent pendant que les filles priaient.
Là aussi, ils ont emporté trois téléphones, un ordinateur portables, une importante somme d’argent, des boissons et de la nourriture sans aucune intervention des services de sécurité.
Le bourgmestre de Bagira reconnait ce problème dans son entité. Antoine BISHWEKA lance un appel à la solidarité. Il demande à ses administrés de se munir des sifflets ou cloches pour alerter les voisins en cas d’attaque.
Selon des sources au sein de la société civile, la commune de Bagira qui héberge plus de 260 mille habitants a un effectif réduit des policiers qui parfois peinent à se déployer dans les 10 quartiers qui composent l’entité.
Antoine Bishweka annonce certaines mesures sécuritaires, notamment éclairer des endroits obscurs et réputés névralgiques. Il dit encore avoir identifié les maisons de vente de chanvre et des boissons fortement alcoolisées qui constituent une menace permanente et dans peu de temps, il va procéder à la fermeture.
Plusieurs jeunes sans emploi sont soupçonnés de perpétrer ces genres d’attaques.
Reportage d’Elysée Muzalia, Radio Maendeleo

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager