jui
20
2015

Conférence de presse des 3 candidats qui se sont retirés aux présidentielles : « ces élections ne répondent pas aux standards internationaux ».

L’objectif de cette conférence de presse tenue dans l’après- midi de ce lundi, était de clarifier la raison de leur retrait via une correspondance que les sénateurs et anciens présidents de la Republique Sylvestre Ntibantungana et Domitien Ndayizeye ainsi que Dr Jean Minani ont adressé le 15 juillet dernier au président de la commission électorale nationale indépendante, CENI.
Selon Sylvestre Ntibantunga, trop de rumeurs circulent sur leur retrait : « Tout résultat qui inclura nos noms sera nul et non avenu. » a-t-il fait savoir aux journalistes.

Ils demandent à la CENI de ne pas faire des spéculations autours de leur candidature. Ces candidats mettent en garde la CENI en parlant de la correspondance était pourtant claire : ils demandaient que leur retrait soit porté à la connaissance du public. Un vœu qui n’a pas trouvé l’assentiment de la commission. Cette correspondance pourtant reçue des mains de la CENI 3 jours plus tard selon la mention « accusé réception » semble ne pas changer le cours des événements. Au niveau de la commission électorale, tant que ces candidats ne sont pas venus retirer leurs dossiers de candidature (comme en 2010), ces 3 candidats sont bel et bien dans les élections de ce 21 juillet. Pour Domitien Ndayizeye, pas question : « A moins que cette correspondance ne porte pas nos noms et nos signatures… Ce ne sont pas les dossiers qui vont être présentés aux électeurs. Il peut garder ces dossiers ou nous les remettre plus tard. »
Le sénateur Ntibantunganya critique la manière dont le président de la CENI n’a pas réservé une suite attentionnée à leur requête : « Le minimum aurait été qu’il nous réponde sous la même forme que nous, en nous écrivant à nous trois s’il le veut. »

Dans la suite, le Dr Jean MINANI a apporté une nuance : ils ne se retirent pas aux présidentielles, mais refusent de participer dans les élections qu’il qualifie de « mascarade électorale ». Ils resteront dans la course aussi longtemps que les élections seront inclusives. Il exhorte leurs militants à boycotter ces élections dont il propose leur annulation en vue de la tenue des élections démocratiques, une fois qu’elles seraient le résultat des négociations en cours.

Pour Minani, Ntibantunganya et Ndayizeye, les élections dans lesquelles ils veulent se porter candidats doivent tenir compte des recommandations des sommets des chefs d’Etat de Dar-Es- Salam et Johannesburg. Elles doivent suivre un calendrier électoral consensuel après un débat au fond sur la question du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza.

L’opposition avait boycotté les élections législatives et communales tenues le 29 juin dernier. Cela n’a pas suffi à la CENI qui a attribué les sièges obtenus à certains partis et coalitions d’opposition dans des circonscriptions où leurs partisans avaient voté pour eux. La démarche actuelle de la CENI pour les présidentielles est tellement semblable à celle des législatives et les communales : les résultats de ces 3 candidats risquent d’être proclamés nonobstant leur retrait pour le scrutin de ce mardi.

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager