fév
23
2017

La CVR en quête des moyens pour son fonctionnement.

images.jpg

Monseigneur Jean Louis Nahimana, Président de la CVR

Dans une conférence de presse de ce jeudi, le président de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), Monseigneur Jean Louis Nahimana, précise que la commission a toujours besoin de 13 millions de dollars américains pour s’acquitter correctement de son mandat.

La commission vient de totaliser deux ans et dispose d’un mandat de 4 ans (avec une année renouvelable). Sur le terrain, la tâche de la commission n’est pas facile. Alors qu’elle vient de passer près de 6 mois à recevoir les dossiers des familles des victimes qui temoignent sur leur passé douloureux, seulement 472 ont été recueillis à la fin de 2016 en mairie de Bujumbura. Pour accélérer ce travail à travers tout le pays et à défaut des moyens, la CVR va désormais appliquer le principe du bénévolat.

«La commission vient d’arrêter, sur avis de la société civile et de l’administration, une stratégie de collecte des témoignages. Au niveau des provinces, des communes et des collines, des agents de dépositions et d’enquêtes vont être mis en place sur le principe de bénévolat», fait savoir, Monseigneur Jean Louis Nahimana.

Il précise également que la commission avait déjà prévu des réparations. Ces dernières étaient fixées pour un montant global de 20 millions de dollars américains pour l’indemnisation des victimes.

Monseigneur Jean Louis Nahimana reste sceptique quant à l’exécution des travaux de la CVR d’autant plus que les financements ne sont pas prévus pour demain.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager