déc
26
2015

Le parti APDR demande sa représentativité dans les dialogues à Kampala

Dans une conférence de presse animée ce Samedi, le Président du parti APDR, Aimable BAKUNDUKIZE, trouve que la jeunesse représentée par le parti APDR est l’une des parties prenantes des dialogues inter-burundais. « Dans toutes les crises se sont les jeunes qui sont pointés du doigt. Les dirigeants passent par les jeunes pour gagner leurs postes. Mais, ils ne sont pas représentés dans les institutions. « Nous devons être invités dans les dialogues pour exprimer nos doléances » ; s’explique-t-il. APDR prétend être un parti à 90% des jeunes comme l’a indiqué son président.

Sur la question de la Mission Africaine pour la paix et la protection civile, APDR dit inopportune. « C’est impossible parce que les dialogues sont la solution de tous les problèmes qui régnaient ici au Burundi. Nous demandons au Médiateur d’inviter toutes les parties prenantes, même ceux qui ont pris l’option de la guerre » ; a-t-il exprimé.

APDR demande également à la justice burundaise d’accélérer les enquêtes et d’apurer les dossiers pour la reprise de fonctionnement de certaines radios et organisations de la société civile. Toutes fois, il est d’accord avec la suspension de ces organisations de la société civile. « Les comptes pour lesquels on a bloqué sont les comptes de ces associations que l’argent passait pour financer les malfaiteurs » ; a-t-il martelé.

Concernant l’option d’alternance ethnique au pouvoir, le parti APDR trouve que c’est anti-démocratique. En démocratie, « c’est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple ». Et d’ajouter, « c’est le peuple qui choisit son représentant ».

Il était aussi pour APDR une occasion d’ouvrir solennellement sa permanence nationale.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager