sep
04
2015

Les déchets électriques et électroniques constituent une menace

Certains déchets d’Equipement Electriques et Electroniques (D.E.E.E) contiennent des substances dangereuses et doivent donc impérativement être dépouillés avant tout type de traitement. Ces D.E.E.E mis en décharge ou en incinération peuvent générer des émanations toxiques dans l’air, l’eau et le sol, dangereuses pour l’homme et/ou l’environnement. Pourtant, de nombreuses fractions des D.E.E.E peuvent être valorisées, ce qui permet de préserver les ressources naturelles et de limiter les quantités de déchets mis en décharge ou incinérés. La collecte de ces D.E.E.E permettrait, d’une part, de limiter le gaspillage des ressources naturelles nécessaires à leur conception et d’autre part, d’éviter la dissémination de certains polluants.

Les déchets électriques et électroniques sont de plusieurs natures. Ici on peut citer à titre illustratif les restes des ordinateurs et des autres équipements informatiques, les télévisions et postes de radio usés, les câbles électriques hors usages, les téléphones fixes et mobiles dont la durée d’exploitation est expirée. Tous ces déchets pèsent lourdement sur la santé humaine et sur l’environnement.

Lors de l’atelier de réflexion sur la gestion des D.E.E.E organisé ce Vendredi, les participants ont soulevé la problématique axée sur l’inexistence d’une stratégie nationale de lutte contre ces déchets. Ils ont demandé la mise sur pied d’un mécanisme de prévention consistant à exiger aux compagnies de production des appareils qui laissent ces déchets de prévoir une politique de collecte et de recyclage. Ils ont exhorté au Gouvernement d’entreprendre une stratégie de gestion des D.E.E.E au Burundi.

Le Directeur Général des ressources en eau et de l’assainissement, Ir Emmanuel NDORIMANA, demande l’implication de tout le monde, que chacun s’approprie de la question de l’assainissement, la question d’hygiène. « L’assainissement est un domaine très vaste » ; s’exprime-t-il. Ce secteur comprend plusieurs aspects : déchets solides, déchets liquides et déchets gazeux. Il recommande aux ministères prestataires d’assainissement et aux sociétés civiles d’intensifier la sensibilisation et aux organisations internationales et bailleurs de fonds d’augmenter des appuis en faveur de l’assainissement. Il tranquillise en disant que prochainement, on va sortir des textes réglementaires pour chacun de ces différents aspects.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager