sep
08
2015

Les élus locaux doivent s’investir dans la protection des ressources en eau.

Le Ministère en charge de la gestion des ressources en eau a rassemblé, ce Mardi, les élus locaux des Quartiers autour des rivières Ntahangwa et Muha en Mairie de Bujumbura. Le but principal est de leur rappeler leur devoir principal de faire respecter les lois y compris le Code de l’eau. Ils ont aussi le devoir d’encadrer leurs peuples, donc donner des enseignements et des informations sur divers thématiques. Dans ce sens, les élus du peuple doivent s’atteler à sensibiliser la population à propos des méfaits de la mauvaise gestion des ressources en eau et sur la manière de prévenir.

Tous les exposés qui se sont succédés, les conférenciers sont tour à tour revenus sur les causes et les conséquences de la mauvaise gestion des rivières. Les causes sont, d’après le conférencier Denise NDAYISHIMIYE, les coupes excessives des arbres sur les collines qui surplombent ces rivières, les constructions qui ne respectent pas la distance prévue par le Code de l’eau, le curage non réglementé, les déchets ménagers déversés dans les canalisations. Comme conséquences, les conférenciers ont cité le tarissement des ressources en eau, la disparition de la biodiversité du Lac Tanganyika, les maladies des mains salles voire les menaces de la nature comme l’écroulement des infrastructures posés sur les rivières.

Les participants comprennent tous le danger qui les guette. Pourtant, ils ne trouvent pas de solutions immédiates pour le respect des 25 mètres prévus par le Code de l’eau. Par ailleurs, ils proposent l’aménagement des rivières, traçage des haies antiérosives sur les collines et le reboisement des zones tampons pour diminuer la vitesse des eaux de ruissellement. Ils demandent que les gens soient conscients de la problématique.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager