déc
10
2015

Les journalistes burundais jugent la liberté d’expression bafouée.

maison_de_la_presse_Burundi.jpg

Maison de la Presse au Burundi

A l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme, célébrée chaque 10 décembre, les journalistes burundais sont amers face à la situation de la liberté d’expression, fondement de leur métier.

Près de six mois que les principales radios privées ont été attaquées, plus d’une cinquantaine de journalistes en exil, les journalistes burundais encore en service au pays déplorent que leur liberté à s’exprimer et à travailler en toute tranquillité reste un droit à reconquérir. Aujourd’hui, affirment certains de ces journalistes, le travail n’est exécuté que partiellement pour éviter d’être indexé par le pouvoir. Tous réclament que le gouvernement puisse assurer des garanties pour le travail et la sécurité des journalistes au Burundi.

Ces journalistes se sont exprimés au micro de Pacifique Cubahiro.

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager