mai
30
2016

Les media pointés du doigt comme saboteurs du dialogue

Le Forum de Dialogue permanent (FDP) des partis politiques a reçu ce Lundi l’un des commissaires de la Commission Nationale de Dialogue Inter Burundi (CNDI), Gérard NDUWAYO, pour échanger sur les avancées de la CNDI, ses défis et les perspectives d’avenir. Il était aussi question d’implorer l’apport des partis politiques pour l’accomplissement effectif des missions de la CNDI.

Sur la rubrique des actions déjà accomplies, Gérard NDUWAYO a indiqué que, avec leur méthodologie d’écoute, ils ont déjà consulté différentes couches sociales au niveau des provinces et les groupes restreintes tels que les partis politiques, les confessions religieuses et la société civile. Ils entament le niveau des Communes. Ils ont procédé au recueil des propositions des voies et moyens de sortie de la crise qui secoue le Burundi. Le travail qui suit concerne le dépouillement afin de dégager le résultat de l’écoute.

Dans ce processus de dialogue, les défis qui guettent la CNDI sont de trois ordres. Il y a le sabotage des gens qui n’aiment ou ne croient pas aux activités de la commission. Le second défi se situe au niveau de la communication. Le commissaire de la CNDI déplore le travail des journalistes qui ne respectent le principe de l’équilibre de l’information. L’autre défi, comme l’a souligné Gérard NDUWAYO, c’est l’insuffisance des moyens logistiques.

Les participants n’étaient que des représentants des partis politiques rassemblés dans le FDP. Ceux-ci ont insisté à ce que la CNDI s’imprègne effectivement dans la conduite des séances de dialogue qui se tiennent à l’extérieur du pays. Ils ont en outre demandé le rapatriement des assises d’Arusha pour permettre la participation d’un grand nombre de Burundais à l’interne. En attendant cette étape, ils ont souhaité que la CNDI s’occupe de la question d’invitation des participants de l’intérieur qui vont à Arusha.

A la question de savoir si ce sont des dialogues, consultations ou négociations, Gérard NDUWAYO a supplie aux partis politiques de s’en fouler des terminologies. « Qu’on les appelle négociations, dialogues ou encore consultations ; ne dit rien » ; a-t-il répondu. « L’important est l’objectif à atteindre » ; a-t-il souligné.

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager