aoû
05
2016

PARCEM réagit sur le protectionnisme sur les produits vivriers : « salutaire mais pas suffisant »

Faustin_Ndikumana.jpg

Faustin Ndikumana Représentant légal de Parcem

Selon Faustin Ndikumana, représentant légal de Parole et action pour le réveil des consciences et des mentalités (PARCEM), cette mesure du gouvernement d’interdire l’exportation des produits vivriers à l’étranger, ne pourra pas combler le déficit alimentaire en cas de sécheresse prolongée. Il trouve qu’il y aurait également un déficit au Burundi, si les autres pays voisins faisaient pareil.

Ecoutez Faustin Ndikumana, représentant légal de PARCEM.

Langues: 
Genre journalistique: 

Partager