avr
07
2016

Sheikh Harouna Nkunduwuga défend l’Eglise contre les attaques du Gouvernement.

Harouna_Nkunduwiga.jpg

Sheikh Harouna Nkunduwiga

Depuis quelques jours, le gouvernement du Burundi a mal pris le communiqué du conseil des Evêques catholiques du Burundi du début du mois de mars. L’Eglise catholique a fustigé la violence grandissante et a appelé le gouvernement au dialogue inclusif. Il a pointé du doigt des confessions religieuses qui se meulent dans la vie politique du pays.

Pour Sheikh Harouna Nkunduwiga, leader de la communauté musulmane, il est normal qu’un guide religieux oriente ses ouilles le meilleur chemin dans une situation de troubles que le pays est appelé à vivre à un certain moment.

Il conseille plutôt le gouvernement à collaborer avec ces confessions pour solliciter leur contribution dans la recherche de la paix.
Suivez, Sheikh Harouna Nkunduwiga.

Langues: 
Genre journalistique: 
Thématiques: 

Partager