oct
23
2015

Théâtre de chez nous: Le groupe « Salongo » fête ses 40 ans d’existence!

l’initiative du feu Tshitenge N’Sana, producteur-réalisateur-metteur en scène congolais, ayant œuvré à l’actuelle Radio-Télévision Nationale Congolaise (RTNC), la troupe théâtrale mythique dénommée groupe « Salongo » totalise cette année 40 ans d’existence. A l’occasion de ce jubilé d’argent, elle organise une série d’activités qui aboutiront au mois de novembre courant. Une collaboration du réseau de télécommunication Airtel Congo attend revaloriser cette série télévisée qui a fait la pluie et le beau temps des téléspectateurs. D’ailleurs, Lamine Mbiye a expliqué la motivation de cet accompagnement en termes clairs : « C’est une manière de fêter ces 40 ans dans le respect de nos valeurs du dynamisme et de solidarité ». A cet effet, deux acteurs comédiens de cette télé dramatique continuant à séduire de nombreux amateurs du théâtre populaire se sont prononcés. Elombe Sukari a déclaré que les quarante ans passés ont été très enrichissants en expérience et nous continuerons toujours à satisfaire les amoureux du cinéma dans le cadre de la promotion de la culture congolaise. Pour sa part, Kwedi Mayi Mputu a tranché court : « 40 ans, c’est l’âge de la maturité… ».
Pour leur part, les représentants des familles des acteurs disparus dont Matufweni dit « Ebale Mondial », « Inga », « Monoko », « Mabrikoko buel buel », « Doudou Ngafura », « Nsengu ça va passer » et autres, pour ne pas évoquer ceux qui sont malades, recherchent du soutien pour la survie de leurs descendances, tel « Sonzo ».
Le groupe « Salongo » a réalisé beaucoup d’épisodes des réalités sociales de la communauté congolaise, avec des messages expressifs sans dédicaces communément appelés « mabanga » en vogue actuellement. L’avantage est qu’ils n’ont pas connu la concurrence médiatique comme aujourd’hui, à leur époque, l’unique chaine de télévision faisait leur popularité. Des pièces telles « Muana Nsusu » ou encore « Dialo contre Sans souci » ont fait le plaisir des salons.
Pourquoi pas les faire honneur à travers une décoration pour les 40 ans d’âge ? Sinon, proposer des projets honorifiques tel le « Prix Ebale Mondial » initié par Masumu Debrindet, dont on entend plus d’échos.

Jean Pierre Kayembe

Langues: 
Thématiques: 

Partager